0 Menu

The Lookers

by The Lookers

13.00

MFR (XXXVII, XLIII) - Bloody Mary Records 03
Album vinyle
Sortie le 12/12/2016

1. On Your Side
2. The Beating
3. Four Walls
4. By The Sea
5. Dogs Always Know
6. Cousin Christine
7. Lost In San Sebastian
8. Check Your Seat
9. Can't Deny It
10. Spiders on Your Belly
11. Uniform
12. John & Terry
13. Waiting (In My Car)

Ce qui compte, c'est l'esprit

The Lookers sont un jeune trio issu de Ciboure, une petite ville du pays basque français située à quelques pas seulement de la frontière espagnole. Plongés dans une adolescence vigoureuse, ils dégagent lors de leurs performances l'esprit juvénile et vertigineux qui, depuis toujours, appose sa marque sur le meilleur du rock 'n' roll - celui qui puise aux sources du courage et de l'énergie, qui se passe volontiers d'ornements futiles et qui salit nos âmes avec beauté. En tant que trio, on s'aperçoit que Nicolas Caumont (voix et basse), Mikel Toyos (voix et guitare) et Charlie Hollocou (batterie) forment un groupe à la fois soudé et expansif, comme s’ils venaient à peine d’être recrachés des souterrains de cette musique féroce et toxique. Je les ai vus il y a un an sur la scène du Bukowski à Donosti - j’y repense chaque fois que j’entends leur “Lost in San Sebastián” - et, déjà, ils semblaient promis à un avenir radieux.

J'écoute maintenant leur premier LP (publié par Bloody Mary Records en Espagne et par Mauvaise Foi Records en France), et me remémore les exploits d'autres jeunes loups indomptables que j'écoutais à 15 ans – les Irlandais des Undertones, ou leurs compatriotes des Dogs. Ces groupes (qui sont pourtant les miens !), The Lookers se les réapproprient sans complexe, sans tenir compte ni des époques ni de quelque autre bêtise : ils aiment autant les Flamin' Groovies que Ty Segall, et ils ont bien raison. Avant ce LP, leur 10 pouces Never Had Control a connu un franc succès en Espagne, suite à la diffusion du morceau-titre dans un film sur un collectionneur obsessionnel, Vinyland de Marcos Garcia et Mikel Insausti. Et maintenant - vlan ! - leur album, flanqué de sa pochette bigarrée confectionnée par Berta Garcia, confirme que ces trois-là sont bel et bien un phénomène rock 'n' roll des plus rafraîchissants. L'impétuosité de « On Your Side (I Do) » fait place aux grondements punk de « Four Walls », puis à la basse retentissante de « Uniform ». « Cousin Christine » touche à l'immédiateté des grands classiques garage ; ils parviennent à signer l'hymne qui soulèvera le public comme un seul homme avec « Can't Deny It » ; ils rétablissent l'équilibre avec la ballade douce-amère « Spiders on Your Belly » ; ils tirent enfin leur révérence avec la fière et crâne « Waiting In My Car », alors qu'on s'empresse de remettre l'aiguille sur le premier sillon.

A ce jour, Ciboure est surtout connue pour avoir vu naître Maurice Ravel. Mais oublions un peu ses boléros sournois et insidieux, voulez-vous ? Il est l'heure d'arquer les jambes, de respirer un grand coup et de contracter ses muscles, puis de se mettre à bondir comme si cette journée était la toute dernière. Salut, mes enfants du rock !

Ignacio Julià (Ruta 66)